Levée de fonds en musique pour Hardzazat

Le mercredi 27 janvier, se tenait au B Rock le deuxième concert de la mini-tournée de levée de fonds au profit de la seconde édition du Festival Hardzazat. Ce Festival, qui comme son nom l’indique se déroulera à Ouarzazate du 25 au 27 mars prochain.

Nouveauté par rapport à l’année dernière, ce Tour comportait 5 étapes qui ont eu lieu entre le 24 et le 31 janvier à Casablanca, Rabat, Kénitra, et enfin Tanger.

Les gains récoltés durant ces concerts, permettront aux organisateurs de couvrir une partie des frais de ce festival dont le but est l’échange culturel ainsi que la promotion de la musique auprès des jeunes de la région.

Cinq groupes se partageaient l’affiche ce soir là à Casablanca, dans un registre essentiellement Rock, Punk et Metal.

Les personnes ayant fait le déplacement en auront eu pour leur argent, dommage cependant qu’elles n’aient pas été plus nombreuses.  En effet, l’affluence lors de cette soirée n’aura pas été à la hauteur des espérances du collectif ni des artistes. Le prix du billet d’entrée qui avait été fixé à 50 Dhs pourrait bien en être la cause, au-delà du fait que le concert se tenait en plein milieu de semaine.

Le premier groupe à entrer en scène était Barathon Lane, le groupe de Rock Alternatif qui après plusieurs mois d’absence de la scène, notamment pour enregistrer leur premier album « Lush », les "Bad Monkeys" comme on les surnomme ont joué ce soir là avec une formation différente.

En effet, Alex, créateur du studio d’enregistrement Brace For Impact Studios, et également de la marque de pédales d’effets Candy FX, ainsi que l'ancien guitariste de "Peppermint Candy" a remplacé leur précédent batteur seulement quelques jours avant le show, ce qui lui a laissé le temps de n’effectuer que deux répétitions. Un sacré challenge qui a certainement dû ajouter une pression supplémentaire au groupe, qui compte tenu des circonstances et malgré quelques soucis de sonorisation a tout de même offert un concert solide et très énergique.

 

 

Le moment fort de la soirée était sans conteste l’arrivée sur scène du groupe de Melodic Death Metal casablancais, Into The Evernight. Tout était magistral dans leur prestation : les musiciens, la qualité du son, l’énergie ou la mise en place. Que l’on soit fan du genre ou pas, le quatuor a mis toute la salle d’accord et a offert un spectacle de très grande qualité, ce qui a valu au chanteur une belle entorce du genou ... Rien de plus "Metal" !

C’était aussi l'occasion de découvrir le jeune Mohamed « Zda Gadag » Razouki, pour ceux qui n'avaient pas encore vu cette nouvelle formation, également batteur du groupe du même style Suicide Machine, et de Hardcore Punk Riot stones, qui a rejoint Into The Evernight depuis peu en tant que batteur, venant ainsi renforcer l’alchimie déjà présente depuis plusieurs années au sein du groupe.

 

 

Dans un autre registre, le groupe de Hardcore Punk Riot Stones est également monté sur scène avec une formation revisitée. En effet, en dehors  du front man Khalil Bahhaj, les trois autres musiciens ont rejoint le groupe depuis peu de temps.

La soirée ayant commencé avec près de deux heures de retard, "Les Pierres d'émeutes" n’ont pas pu jouer autant de temps que prévu initialement ... Saluons une fois de plus la prestation de ce groupe qui a pu assurer un show énergique malgré le peu de répétitions réalisées, en grande partie grâce à la présence scénique et à la voix surpuissante du chanteur.

 

 

Toujours dans un registre Punk Rock, les Anticom ont donné leur premier concert ce soir là. La jeune formation, affichant une certaine désinvolture, souvent associée au style punk, ont réussi malgré la différence de d’expérience avec les autres groupes de la soirée à faire bouger le public et à faire monter plusieurs personnes sur scène pour chanter avec eux, dont « Snoopy » qui a interprété à sa manière et en improvisant « Killing In The Name Of » du groupe américain Rage Against the Machine.

 

 

Enfin, nous avons pu voir un véritable OVNI musical durant cette soirée avec le duo batterie / guitare tout droit venu de Bretagne: Don’t Surrender et leur rock à la fois déjanté et expérimental.  Ces derniers ont mis des couleurs dans la soirée, notamment avec le déguisement du batteur qui a mis une touche psychédélique, ainsi que leur grande affiche, qui affichait fièrement le nom du groupe et sa date de création "Don't Surrender, since 2014".

 

 

 

Le reste des photos vont suivres SOON !

Posted by Amplify.ma on Monday, 1 February 2016