Les enregistrements amateurs - Mixtape 2.0

La scène underground au Maroc, comme toute autre scène artistique, fais face à un certain nombre de défis. Certains sont cependant critiques. La documentation est encore un problème majeur ici. Seuls quelques groupes ont réussi à enregistrer quelques-unes de leurs chansons, et encore moins ont réussi à lancer un album ou un EP. Dans ce cas, le seul lien entre les groupes et leurs fans est la performance live, puisque c’est souvent le seul moment où la musique peut être écoutée. L'atmosphère d'une performance en direct est écrasante et extatique; mais il n'y a pas de pause ou de relecture lors d'un concert. De cette façon, la musique reste une sorte de colle asociale, et non pas une « chose personnelle ». Elle ne se produit que lorsqu'un attroupement se forme autour d'elle. Une fois le spectacle terminé, il est probable que nous n'aurons plus la chance d'entendre une chanson que nous avons aimée à nouveau, à moins que le groupe n'arrive à obtenir une autre date bientôt.

Les seules traces de la carrière d'un groupe sont leurs enregistrements (LP / EP), qui sont enregistrées de manière professionnelle. Cette version n'est pas exactement la performance parfaite d'une pièce musicale, mais sert plutôt comme l'archétype ou le modèle sur lequel le groupe construira sa performance live. La promesse d'un album ou d’un spectacle enregistrés dans les règles de l’art consiste à utiliser la technologie pour assurer la meilleure qualité possible, et c’est généralement le cas.

L'expérience de la musique provient d'une communion entre le musicien et l'auditeur. La musique fonctionne comme des stimuli qui peuvent déclencher une série d'émotions et de souvenirs. Pendant la plus grande partie de l'histoire, la musique était sociale. C'était surtout communicatif, partagé et orienté vers les autres ; la musique était une expérience collective. L'invention du casque a changé cela. La musique est devenue une expérience personnelle ; il est devenu possible d'écouter sur le lieu de travail, dans la salle de bains ou même en marchant dans la rue. Comme Derek Thompson l'a écrit dans un essai pour The Atlantic "les casques ont la capacité de faire se confondre notre musique avec nos pensées. Quelque chose que personne d'autre ne peut entendre. Quelque chose que nous pouvons choisir de partager ". L'avancement technologique permet d'obtenir plus de façons d'expérimenter et de diffuser la musique.

Cependant, nous savons tous qu’il n’y a que très peu de chances pour qu’on se réveille un beau matin pour découvrir que tous les groupes underground ont lancé un album ou EP enregistrés par des professionnels. Bien que, lorsqu'un groupe lance un album ou un single, il y a une garantie que beaucoup de gens l'écouteront. Cela explique vaguement la nature du lien entre les groupes marocains indépendants et leurs fans.

Compte tenu de notre contexte, la nécessité pour les artistes de rendre leur musique disponible en ligne nécessitait un peu de « DIY » (Do It Yourself). Avant que certains sites Web commencent à enregistrer des spectacles en direct, ils étaient filmés généralement depuis les premiers rangs du public avec un téléphone, et même aujourd’hui, une seule main ne peut pas applaudir. Souvent, l'artiste enregistrait une chanson lors d'une répétition ou d'une interprétation acoustique avec un téléphone. Ces enregistrements ne remplacent pas nécessairement une version officielle de l'album, mais ils transmettent quelque chose en termes de développement de notre relation avec la musique.

Une chose à garder à l'esprit est que la scène Rock marocaine en est encore à ses premières années. Cela semble être une chose évidente à dire, bien qu'il y ait eu des tentatives antérieures durant le 20ème siècle avec des artistes comme Vigon et les Golden Hands. Cependant, la première époque avec une véritable diversité dans les styles, la présence de médias, de lieux de répétitions et d’un nombre décent d'artistes, est celle que nous vivons aujourd’hui. Elle est (probablement) la toute première génération du Rock Marocain. Mais lorsqu’on compare le nombre des groupes avec le nombre d'enregistrements diffusés, les choses ne concordent pas, et toute personne qui connaît la scène connaît bien ces enregistrements amateurs.

L'un des groupes locaux qui m'ont intéressé était Wanamali (précédemment Aurora). Personnellement, j'aime leur musique, mais quand j'ai essayé d’en savoir plus, il s'est avéré que, en dehors d’une reprise de Polly de Nirvana, et d'un enregistrement approximatif de l'une de leurs chansons, ils n'avaient rien diffusé. Tout ce qui était disponible était des interprétations acoustiques de leurs chansons sur Soundcloud, enregistrées par Zouhair (le chanteur principal) en utilisant son téléphone portable. Le son est peu flatteur, nous savons que la qualité n'est pas exceptionnelle ; on peut entendre le bruit en fond, parfois même des enfants qui jouent dans les rues, mais nous pouvons tout de même entendre la chanson, on entend le jeu de guitare et le chant. Bien que la qualité n’ait rien à voir avec un enregistrement studio, on peut distinguer la chanson, et si nous l’entendons jouée en live, nous pourrions la reconnaître.

Ces enregistrements amateurs transmettent plus que la musique, ils apportent également avec eux l’atmosphère dans laquelle ils ont été écrits dans laquelle ils sont généralement joués. Une chanson qui est écrite et composée n'existe pas encore, car elle n'est conçue que dans l'esprit de l'artiste, et sans point de référence, nous ne savons pas à quoi cela ressemble et cela laisse beaucoup de travail à notre imagination. Un enregistrement amateur nous donne un point de référence, et laisse également beaucoup de travail pour notre esprit pour imaginer ce à quoi la chanson pourrait ressembler et à ce qu'elle pourrait nous faire sentir.

Cette méthode, si nous pouvons l'appeler ainsi, est très limitée, car elle n'est pas fiable. Les groupes ne peuvent pas lancer un album, un EP ou un single de cette manière. Les morceaux sont enregistrés de cette façon uniquement pour les rendre disponibles en ligne en tant que démo. Néanmoins, ces enregistrements en valent la peine. À une époque où la technologie et l'expertise pour enregistrer un album de qualité professionnelle sont disponibles, le phénomène devient intéressant. Bien que cela rappelle le phénomène de Mixtape dans les années 70 et 80, c'est tout le contraire. Lorsque ce dernier est apparu, écouter de la musique n'était pas gratuit (sauf pour la radio), on devait acheter les albums. Les Mixtapes par contre ont été livrées gratuitement pour construire une base de fans. Aujourd’hui, les enregistrements amateurs fonctionnent de la même manière, sauf que l'écoute est maintenant gratuite, donc cela ne coûte presque rien aux groupes de l'enregistrer et le rendre disponible. L'écoute de la musique peut être gratuite, mais la créer coute très cher.

L'industrie de la musique d’une manière générale est en mauvais état. La technologie n’a pas seulement permis d’apporter d’autres manières de la vivre et de la partager, mais elle nous a également montré qu’il nous faut penser à d’autres manières de lui permettre de subsister mais également d’être financée. La musique devrait-elle être disponible gratuitement ? Si oui, alors, comment va-t-on payer l'enregistrement, le mastering, l'organisation des événements et tout le reste qui se passe dans les coulisses ? Et est-il acceptable que des musiciens soient extrêmement riches comme les artistes mainstream du monde entier ?

Jusqu'à ce que ces questions soient réglées, ces enregistrements amateurs devraient faire l’affaire pour l'instant, pendant que de temps en temps quelqu'un diffusera quelque chose de nouveau.